Qui êtes-vous ?

Ma photo
Bonjour à tous le Couvige est une association à but non lucratif de femmes qui ont une passion en commun la dentelle et la broderie. Notre but perpétuer le savoir accumulé par des centaines de femmes qui nous ont légué un héritage riche de belles dentelles et broderies. Nous voulons démontrer que la dentelle et la broderie peuvent s'intégrer dans notre mode de vie d'aujourd'hui.

dimanche 13 janvier 2013


L'année 2003 est celle de la création de l'association que l'on décide d’appeler le Couvige des dentellières et brodeuses du pays des bleuets. Notre couvige c'est formé en novembre  autour d'un petit groupe fondateur constitué de Johanne Grenier, Gérarldine Corneau, Lise Bergeron , Florence Côté et Jacynthe Lavoie.

Par définition un couvige est une réunion de dentellières, mot à l'origine latine "Cum Vicinus" qui signifie "entre voisins" a été inventé il y a plusieurs siècles dans la région du Velay en France par les dentellières.

Ici, le terme couvige est généralisé à notre groupe amical et accueillant de dentellières et de brodeuses.



Les 5 femmes fondatrices de notre couvige cumulent plusieurs années d'expériences et ont déjà de belles réalisations à leurs actifs. Généreuses et passionnées elles veulent sauvegarder le patrimoine et transmettre leurs savoirs aux dames qui se joignent à elle. La dentelle et la broderie sont des arts méconnus qui méritent leur place aux cotés de  la peinture ou la sculpture.



Voici l'histoire de sa formation écrite par Johanne Grenier:

Création d’une nouvelle association

C’est avec une fierté non dissimulée que je vous annonce la création d’une nouvelle association à Alma au Lac-Jean : Le couvige des dentellières et brodeuses du pays des bleuets.  Déjà la troisième réunion mensuelle a eu lieu le 6 janvier dernier et vingt dentellières et brodeuses ont payé leur cotisation pour l’année 2004.

Ce beau projet fait suite à une succession de «clins d’œil du destin » survenus tout au long de l’année 2003.  Un vrai feuilleton!

Voici un résumé des événements…

En début d’année 2003, un beau samedi de janvier, pendant une journée « dentelle-toute-seule-dans-mon-salon », la tristesse m’a envahie car la présence et le contact d’autres dentellières me manquaient beaucoup.  Alors j’ai prié pour que je puisse connaître en 2003 les dentellières de la région du Saguenay-Lac-St-Jean. Il devait bien y en avoir, c’est seulement que je ne les avais pas encore trouvées depuis mon arrivée dans la région 12 ans plus tôt.  Je faisais beaucoup de dentelle, mais seule et dans mon salon.  Ma prière a été entendue et j’ai reçu encore bien plus!

En juin 2003, j’ai lu un article dans le Canadian Lace Gazette écrit par Lise Levert d’Alma qui venait de réaliser 5 mètres de dentelle.  J’ai pris contact avec cette dernière.  Ce fut le début d’une belle amitié.  J’ai tout de suite été charmée par le calme de Lise, son souci du détail et sa détermination à former de bonnes dentellières à Alma.

Juillet 2003 avec les sorties estivales et les visites de lieux touristiques comme Ste-Rose-du-Nord, (une dentellière peut lâcher son coussin et sortir de chez-elle de temps en temps!) m’a fait connaître Mme Grenon amoureuse des métiers d’art.  Nous avons parlé dentelle bien sûr et elle m’a demandé si j’étais d’accord pour transmettre mes coordonnées à ses amies passionnées de métiers d’art.  Celles-ci avaient un projet en tête et la dentelle y ferait bonne figure.  Pourquoi pas?

Attachez vos tuques avec de la broche!  En octobre, ce fut Diane Brassard, artiste en sculpture et en moulages de plâtre qui me téléphona tout bonnement pour me demander si j’étais disponible pour donner des démonstrations de dentelle aux fuseaux dans le cadre d’une exposition des métiers d’art d’aujourd’hui et d’autrefois.  Alors là, je suis tombée en bas de ma chaise!  Ce fut un grand choc pour moi, je passais de dentellière de salon à dentellière d’exposition et pas n’importe où, au Centre d’histoire Sir-William-Price de Jonquière, c’est pas rien!  On s’est données rendez-vous, artistes, dentellières et brodeuses!  La rencontre a eu lieu un dimanche d’octobre à Jonquière.  Nous avons beaucoup parlé de nos passions respectives.
Lors de cette rencontre, j’ai également eu le privilège de faire la connaissance de Géraldine Truchon, brodeuse et dentellière de 73 ans!  Une sommité à Alma dans le monde de la broderie, entre autres.


Durant l’exposition, pendant trois jours, des dentellières et brodeuses ont pris la relève pour expliquer et faire connaître la dentelle aux fuseaux et la broderie fine!   Quel beau trip!!!!  Je me surprenais encore à lire la fascination de la dentelle aux fuseaux sur le visage des gens.  Ils n’en revenaient tout simplement pas qu’on puisse s’y retrouver si facilement dans ce mélange incroyable de fils et d’épingles.  Comme si Dieu nous avait choisi et donné un don pour faire la dentelle!  Je lévitais de bonheur, je pouvais parler de ma passion sans aucune retenue et sans fin!  Au terme de ces trois journées incroyables, deux dentellières et une brodeuse ont parlé de former une association!  Quand les Grands Esprits se rencontrent.  Il était grand temps de se regrouper et se faire connaître!

Trois semaines plus tard, il y avait des élections, un conseil d’administration et la naissance du Couvige des dentellières et brodeuses du pays des bleuets, une association régionale qui rejoint et le Saguenay et le Lac-St-Jean.  Comme nous l’espérions au départ, nous voyons de nouveaux visages à chaque rencontre et nous en apprenons un peu plus sur nos passions respectives.  Pour ma part, je ne connaissais rien à la broderie et je vous avoue que j’ai été très impressionnée et intéressée par toutes les réalisations que j’ai vues lors de ces premières rencontres. 

Petit à petit, on élabore des projets : créer une bibliothèque, une banque de patrons et ce n’est qu’un début.  Nous visons sur l’implication des membres pour mener à bien nos réalisations.

Si la tendance se maintient, l’année 2004 promet bien d’autres surprises!  Vous savez, il suffisait de le demander.  Toutes les bonnes choses se sont succédées par la suite.  Tout a commencé par un désir, celui de se réunir, de parler et de faire de la dentelle.


Johanne Grenier
Dentellière

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire